Les réserves des colonies se sont révélées très faibles au 20 août. Il convient donc d’apprécier ce dont dispose chacune d’elle et de compléter les provisions.

Je nourris par  grandes quantités en distribuant du sirop 7/3 additionné de 5 cl par kg de vinaigre de cidre de façon ce que chaque ruche dispose de 15 à 20 kg de provisions pour l’hivernage.

Ce nourrissement sera terminé pour le 10 septembre (climat picard) de façon à ce que le lourd travail de transformation soit effectué par les abeilles d’été ce qui évitera un épuisement prématuré des abeilles d’hiver.

Attention, le nourrissement des colonies ne doit pas être réalisé à la légère ! il faut impérativement connaître l’état des réserves avant de nourrir et effectuer un complément pour arriver à un niveau de réserve optimal.

En effet, une distribution trop abondante bloquera la ponte de la reine et réduira le nombre d’abeilles d’hiver or une colonie populeuse est une des principales conditions d’un hivernage réussit.

A l’inverse, une distribution insuffisante mettra en péril la survie de la colonie par manque de nourriture.

La miellée de lierre complètera éventuellement ces réserves mais les caprices éventuelles de la météo impliquent qu’il serait illusoire de compter uniquement sur celle ci pour constituer les provisions nécessaires à l’hivernage.