Le 3 mai, jour J,  j’ai réalisé un essaim artificiel sur une superbe colonie d’abeilles noires. Petit contrôle des cellules royales 5 jours plus tard puis aucune intervention, excepté le nourrissement, avant le 26 ème jour: soit le temps de la naissance de la reine, de son vol de fécondation et du début de ponte.

J +26 : Aucune trace de ponte fraîche  dans l’essaim. Qu’à cela ne tienne, le temps perturbé a certainement retardé le vol de fécondation, je vais attendre quelques jours de plus.

J  +32: Toujours aucune trace de couvain et aucune rentrée de pollen. Attendons encore…

J  +35: Toujours rien, l’inquiétude commence à gagner l’apiculteur. La reine est-elle rentrée de son vol de fécondation ? peut-être a-t-elle était gobée par un oiseau ? le temps pluvieux a-t-il empêché toute sortie de la reine ?

J+43: La colonie rentre du pollen, c’est plutôt bon signe mais si elle était devenue bourdonneuse ? car dans ce cas les butineuses rentrent également du pollen. Je décide de contrôler et là, surprise: le couvain est bien présent avec des œufs frais pondus régulièrement et un œuf par cellule (ce qui exclue la possibilité d’ouvrières pondeuses) ainsi que des larves de 4 ou 5 jours.

Il a donc fallu pratiquement 40 jours pour que la nouvelle reine débute sa ponte. Cela prouve une fois de plus qu’apiculture et précipitation ne font pas bon ménage. Il faut savoir attendre et ne tirer aucune conclusion  hâtive  qui nuirait  à vos abeilles.

Un second essaim réalisé quant à lui le 11 mai présente également du couvain frais. Les délais sont là plus proches de ce qu’il est coutume d’observer.